Scoop it Geek Vintage
Page Facebook de Geek Vintage
Twitter

Aero The Acro-Bat, une mascotte de plus

Lego FR

Aero The Acro-Bat n’est pas forcément un jeu ultra connu. Sorti à l’époque où Sonic se faisait déjà un nom depuis 2 ans, et où Mario était peinard depuis des années en tant que tête de gondole de Nintendo, le titre de Sunsoft voulait imposer lui aussi sa mascotte, en optant pour le côté cool de Sonic. Dans l’univers du cirque. Avec des méchants clowns en guise d’ennemis. Oui, je sais, dit comme ça, ça ne fait pas rêver, mais le jeu est tout de même intéressant.

Description

Aero The Acro-Bat - Box

  • Titre: Aero The Acro-Bat
  • Sortie:  1993
  • Type: Plate-forme
  • Supports: SNes, Megadrive, GBA (2003)

 

 

Aero the Acro-Bat, pouet pouet

Aaaah, l’univers du cirque. Ses clowns déprimants, sa musique techno, ses animaux malingres, ses chauves-souris masquées, ses… Wait what ?

Oui, le héros de ce jeu est une chauve-souris nommée Aero, qui va braver les trapèzes et les cercles de feu afin de protéger le cirque d’un de ses anciens pensionnaires, Edgar Ektor, un clown diabolique.

Aero The Acro-Bat - First World

Le rapport entre la chauve-souris et le cirque est, me direz-vous, quelque peu flou.

A l’époque, Sunsoft voulait donc une mascotte digne de ce nom, capable de rivaliser avec Sonic et consors, c’est ainsi qu’ils optèrent, après un brainstorming basé sur l’adoration de la mascotte de Sega et un penchant pour Batman, pour un Chiroptère de couleur rouge, ayant la « classe ». En effet, Aero fait du moonwalk, met des lunettes de soleil et possède une coupe punk du plus bel effet. Il a aussi, de façon quasi permanente, ce petit sourire en coin qui veut vous dire « je fais tout de façon badass et je vous emmerde ».

Aero The Acro-Bat - Title Screen

Aero se déplace donc dans des niveaux consacrés au monde du cirque, cet univers étant utilisé de très bonne manière pour ce jeu de plate-forme. On retrouve alors les fameux canons pour propulser la chauve-souris, des trapèzes ou encore trampolines. Le jeu est coloré, assez beau, et les personnages sont très bien animés. Aero peut lancer les étoiles qu’il ramasse, à la manière de Mickey dans Castle of Illusion. Enfin, on retrouve des stages bonus tous les 2 ou 3 niveaux, notamment un très beau et impressionnant saut en chute libre en Mode 7, le fameux mode de rotation et de zoom de la Super Nintendo.

Le vrai plus du titre, c’est sa musique. Les thèmes sont très entraînants, mélangeant des sonorités que l’on retrouve habituellement dans le milieu du cirque (comme les boîtes à musique par exemple), et des musiques plus rocks, ce qui donne un résultat vraiment agréable à l’oreille, et renforce le côté « dynamique » du jeu, déjà représenté par son héros.

Un univers bien exploité mais…

… un jeu pas forcément exempt de tous reproches.

De fait, la jouabilité, élément essentiel d’un jeu de plate-forme, n’est pas ce qu’on pourrait appeler un modèle du genre. On se retrouve avec une maniabilité qui tombe souvent dans l’à peu près. Vous pouvez faire un signe de croix avant de faire un saut sur une plate-forme étroite et espérer ne pas tomber dans un gouffre rempli de piques acérées, le déplacement d’Aero se faisant assez souvent en mode « peau de banane ». Ce gros défaut, assez récurrent dans les mauvais jeux de plate-forme, est donc présent dans ce titre, ce qui retire de suite le fun que l’on aurait pu éprouver en parcourant les niveaux.

Les niveaux tiens ! Parlons-en ! HORRIBLEMENT LONGS ! Bordel, c’est pas possible de faire des levels aussi interminables et labyrinthiques. Pourtant, la progression et les objectifs divergent des jeux de plate-forme habituels. Aero ne doit pas seulement aller d’un point A à un point B, mais surtout récolter un nombre d’items ou actionner un nombre de switches déterminés, avant de pouvoir enfin atteindre le « warp » qui lui permettra d’accéder au niveau suivant. Malheureusement, on se perd assez vite dans chaque niveau, aucun repère n’étant vraiment définissable. Si encore une map ou un radar existaient pour nous indiquer l’élément suivant à récupérer…

 

Aero The Acro-Bat - Lost

 

Pour couronner le tout, beaucoup d’ennemis sont assez hardcore à dégommer. Quand il s’agit des petits clowns ou des éléphants en tutu rose (non, vous n’avez pas consommé d’alcool), la logique est assez simple à comprendre pour les terrasser. Mais il existe aussi des ennemis où la logique m’échappe un peu (ou alors je suis très con). Par exemple, le lanceur de couteaux sur son trapèze est un adversaire qui pose toujours problème, la manipulation pour le buter m’étant toujours inconnu, et quand j’y arrive, j’ai déjà perdu 2 vies… Ce qui rajoute en plus au côté difficile du jeu qui n’en avait pas besoin…

Pour information, je ne suis pas ce que l’on pourrait appeler un « hardcore gamer », mais je ne pensais pas que ce Aero the Acro-Bat était une telle souffrance psychologique, et ma progression s’est limitée au premier monde, tellement ce jeu est dur…

 

Aero The Acro-Bat - Pikes

 

On peut ajouter que si les musiques sont de très bonne facture, les bruitages sont, eux, d’une qualité assez médiocre… Des effets sonores aussi dégueulasses sur Super Nintendo, j’en ai rarement vu. A croire que le jeu était initialement prévu seulement sur Megadrive, les sonorités se rapprochant assez clairement de ce que l’on pouvait entendre sur la console de Sega. Un saut sur une plate-forme qui se désagrège entraîne un son de « marmite qui bout », ou plus vulgairement, « je marche dans une grosse merde », et éliminer un ennemi est accompagné d’un très joli « lâcher de casserole ».

Un jeu qui sent la pipistrelle ?

Déjà, je m’excuse pour le jeu de mot pourri ci-dessus, mais c’était trop tentant.

Meuh non, ce titre sent bon, mais il est gâché par des éléments tout de même essentiels à toute plate-forme qui se respecte: une jouabilité nickel et une difficulté adaptée. Malheureusement, Aero The Acro-Bat s’enfonce dans la mélasse concernant ces 2 aspects. C’est vraiment dommage, car le jeu est beau, ses musiques entraînantes, et l’univers vraiment original et sympa. Sunsoft aurait peut-être dû s’appliquer un peu plus sur le fond du jeu pour imposer sa mascotte, au lieu de se casser le cul à rechercher quel serait le meilleur pas de danse pour son héros…

 

Aero The Acro-Bat - Montage dégueu paint

Montage sur Paint ! Nailed it…

Lego FR

Encore de(s) article(s) ...

Rebel assault 2 : the hidden empire, un excellent jeu vintage Star wars !

Je vais vous parler d’un jeu interactif comportant de nombreuses scènes cinématiques. Il s’agit d’un style de jeu vraiment à part significatif d’une époque, celle notamment des jeux/films interactifs avec la mega cd ou la 3do.

Les plus passionnés auront déjà deviné le nom de ce jeu (en même temps c’est marqué dans le titre). Il s’agit bien sûr de Rebel assault 2 : the hidden empire développé par Lucasart entertainment et sorti sur Playstation 1 en 1996 sur le vieux continent dans un très beau coffret contenant 2CD.

Les 6 jeux de poker mythiques chez Nintendo

Parce qu’on aime le poker sur console, je vous propose une balade dans les jeux vidéos de poker qui sont devenus mythiques grâce au talent de Nintendo.

Peek-A-Boo Poker est le premier jeu de poker sur Nintendo, et il a marqué son temps, car il s’agit en fait d’un jeu de strip poker. Vous affrontez Full House Francine, Double Dealing Debbie et Poker Penny

Street Fighter 2 : Vous-êtes plutôt Ken ou Ryu ?

Chacun a son personnage préféré sur Street Fighter ! Quel est le vôtre ?

A titre perso, je dirai que je suis un grand fan de Ken et je ne sais absolument pas pourquoi (peut-être à cause de son uppercut enflammé et de sa tenue aux couleurs de Sangoku ?)

Bref ! Avant d’attaquer sur ce monstre de Street Fighter 2, revenons quelques instants sur sa genèse. Peu de personnes connaissent Street Fighter 1 (et oui, avant le 2 il y a 1 !!!).

A & C Games : la meilleure adresse rétrogaming à Toronto

Premier focus sur les lieux à connaître si vous êtes de passage par Toronto. Cet article inaugure une toute nouvelle rubrique « Tourisme / Balade Geek« .

Nous allons ici découvrir les trésors que renferment A & C Games, une enseigne indépendante particulièrement fourni en rétrogaming, créneau sur lequel ils ont eu le flair de se positionner.

Vous constaterez au passage que cette échoppe au premier abord modeste a plus d’un tour dans son sac.

Un commentaire sur “Aero The Acro-Bat, une mascotte de plus”

  1. yamarendan dit :

    Le design de ce jeu ne m’a jamais tenté …
    et ta critique en demi-teinte ne me donne guère l’envie de faire l’effort de me replonger dedans …
    Autant lancer un bon vieux EarthWormJim …
    Eh mais ! Y’a personne qui a écrit de papier sur cette perle !??!

    Merci quand même pour ce tour d’horizon sans concession

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.