Red Dwarf, Smeg Head !

Aaaaah Game One… Fabuleuse chaîne… Je vous parle bien entendu du Game One de l’époque, celui qui était animé par de vrais geeks, celui qui accueillait des personnages tels que Marcus ou Alex Pilot (rendus sur NoLife désormais  (<message subliminal> Abonnez-vous pour sauver la chaîne !</message subliminal> )), celui qui avait une indépendance éditoriale vis à vis de son principal actionnaire (Infogrammes), celui qui n’engageait pas des bimbos mous du bulbe pour présenter des émissions…

Je m’égare, je m’égare, bref…

Sur Game One, donc, passait une fabuleuse série, dont je vais vous vanter les qualités, Red Dwarf.

Description de la série

Red Dwarf

  • Titre: Red Dwarf
    Réalisateurs: Rob Grant, Doug Naylor
    Première diffusion française: 1997 (C:)
    Saisons: 8
    Nombre d’épisodes:52
    Acteurs principaux: Craig Charles (Dave Lister), Chris Barrie (Arnold Rimmer), Danny John-Jules (Cat), Normann Lovet (Holly)

Synopsis

Dave Lister, le principal protagoniste de la série, est un technicien faisant partie de l’équipage du Red Dwarf, un vaisseau minier spatial. Après s’être fait pincer pour faute grave, l’introduction à bord du vaisseau d’un chat, Lister est placé en « statique » (une sorte de prison où le temps est arrêté) pour 18 mois.

3 millions d’années plus tard, Holly, l’ordinateur de bord, laisse sortir Lister de sa statique. Pendant ce temps, un accident radioactif a eu lieu (en grande partie de la faute de Lister qui n’a pas pu aider Arnold Rimmer, officier et supérieur direct de Lister, à réparer une porte de sas qui est à l’origine de l’accident) tuant tout l’équipage du Red Dwarf. Les seuls survivants sont Lister et Cat, un humain qui descend directement du chat. Rimmer, a été transféré dans un hologramme.

Red Dwarf, la série humour-sf

Ce qui vous attends dans Red Dwarf, ce n’est pas de la SF à la Stargate SG1, avec le serious colonel Jack O’Neill et le non moins serious Tilc et ses wonderful haussements de sourcils, non, c’est plutôt une bonne petite série de SF avec du bon gros humour anglais dedans.

Equipage Red Dwarf

Dans Red Dwarf les blagues potaches fusent, ainsi que diverses moqueries sur les Français ou encore les Allemands. Chaque épisode nous en apprend un peu plus sur le Red Dwarf, et sur les diverses planètes, ainsi que les différentes dimensions, que vont visiter nos chers protagonistes.

Le scénario s’en trouve riche, très riche même, ce qui fait que chaque épisode n’est pas seulement basé sur l’humour, mais aussi sur un fil scénaristique qui tient la route, et qui passionne de bout en bout.

orouboros Red Dwarf

On peut citer, par exemple, le très bon épisode « Ouroboros » (qui signifie littéralement « se mord la queue »), ou Lister revoit Christine Kochanski (Chloë Annett), un ancien membre du Red Dwarf, et qu’il découvre qu’il est son propre père, ou encore « Psirens », qui fait partie de ces épisodes mémorables de la série, avec ses monstres dégueulasses qui sucent le cerveau.

psirens Red Dwarf

De Red Dwarf se dégage aussi un très bon univers. L’aspect très carton pâte des premiers épisodes (notamment la première apparition de Kryten, avec son costume assez cheap) et les premiers effets spéciaux ne sont pourtant pas très attirants.

Cependant, on accroche tout de suite, car ce n’est pas too much, et les scénaristes ont mis en place une réalité plausible. Par exemple, le fait qu’à la mort d’une personne, celle-ci puisse être réincarnée sous forme d’hologramme (bon ok, j’ai pas choisi le meilleur exemple, mais pourquoi pas ?).

Et puis, les divers intervenants de la série ne sont pas des beaux gosses musclés ni des femmes aux formes parfaites dans des tenues moulantes, mais plutôt des bras cassés se démerdant tant bien que mal pour survivre dans l’espace et découvrir d’autres planètes, d’autres dimensions.

Rimmer, you’re a Smeg Head !

Les personnages sont tout de suite attachants.

lister Dès la première apparition de Lister, on sait tout de suite que l’on va avoir à faire au personnage principal de la série, malgré que celui-ci soit un gros gland, qui bouffe beaucoup, et mal, qui ne sait pas jouer de la guitare, mais qui a un coeur gros comme ça.

En résumé, Lister passe pour un gros feignant crado qui adore tout ce qui est « vindaloo » (il affrontera notamment, dans un épisode, un monstre qui a muté à partir du vindaloo).

Quasiment tout le long de la série, Lister va devoir supporter Rimmer, et vice versa. rimmer

Rimmer, sûrement mon personnage préféré de la série. Rimmer est un condensé de ce qui est moche dans la nature humaine: il est lâche, peureux, méchant, imbu de lui-même et, au premier abord, un personnage détestable. Mais, c’est ce qui fait qu’on l’aime. Lui et Lister passent leur temps à se balancer des piques et des grosses vannes.

Rimmer passe pour le coincé de la bande, qui est un adorateur des empereurs tels que Napoléon, et de la vie à l’ancienne. Dans l’épisode « Blue » Lister, Cat, Kryten et Kochanski subiront la Rimmer Song, qui est un des passages cultes de Red Dwarf, une chanson où Rimmer vante les mérites de … Rimmer.

Il deviendra cependant « Ace » Rimmer, une sorte de justicier galactique devant prendre le relais d’un précédent Rimmer, le précédent d’une longue lignée de justiciers (« What a guy ! »).

catCat est sûrement le personnage le plus déjanté de la série. Les réalisateurs ont du vouloir montrer ce que serait vraiment un chat sous forme humaine, et bien, quoiqu’on en dise c’est réussi. Si vous pensez comme moi que les chats sont des animaux fiers, ne pensant qu’à eux, et se trouvant les plus beaux de la Planète, Cat en est la parfaite illustration.

Il passe son temps à se reluquer et à renouveler sa garde robe, plus excentrique que jamais. Malgré tout, on ne peut pas dire qu’il soit très malin, sa vie ne se résumant qu’à se pavaner, à dormir et à manger.holly

Holly, l’ordinateur de bord, a 6000 de QI, malgré que l’on se demande si, quelques fois, ce n’est pas un gros mensonge (cependant, l’épisode « Queeg » nous rassure sur son niveau intellectuel). Symbole de l’humour pince sans rire et adepte des vannes cassantes, Holly est un élément clé de la série, qui, plus tard dans la série, deviendra Hilly son alter ego féminin. C’est lui qui dirige le Red Dwarf.

krytenDernier personnage principal, Kryten est un robot serviteur qui fait sa première apparition dans l’épisode tout simplement appelé « Kryten ». L’équipage le retrouve en train de servir des squelettes, ses anciennes maîtresses décédées depuis des lustres. Rimmer profitera de lui avant que Lister ordonne à Kryten de se rebeller et d’ignorer les ordres de Rimmer.

Kryten, malgré sa rébellion, aime tout de même faire les tâches ménagères, qu’il trouve intéressantes. Avec Holly, c’est la tête pensante de l’équipage.

Red Dwarf, une série culte

Finalement, Red Dwarf est un tout, bon scénar, personnages super attachants et intéressants, humour « so British », et effets spéciaux pas dégueux pour l’époque. On retiendra aussi le générique d’ouverture de Howard Goodall, super entraînant. Dommages que les saisons soient aussi courtes (environ 6 épisodes par saison).

Retenez aussi de cette série la fameuse insulte « Smeg Head », qui n’a de signification nulle part ailleurs que dans Red Dwarf (une insulte qui veut tout simplement dire « Tête de Noeud » et qui convient parfaitement à Rimmer).

J’ai adoré m’affaler dans mon fauteuil devant cette série le mercredi après-midi, totalement amorphe, mais heureux de pouvoir me bidonner devant cette excellente série anglaise. Et ça, je peux vous dire que ça signifie « Gwen Approbation » !

Encore de(s) article(s) ...

Bisounours, quand tu en as besoin, font des gros calins !

Les Bisounours, Care Bears ou Calinours, ça vous dit quelques chose ? Ce sont 3 « noms » désignent en fait les mêmes peluches en forme d’ourson qui portent un nom différent en France, au Royaume-Uni et au Québec.

Tu vis dans le monde des Bisounours ou quoi ?

Une phrase plus que redondante ces derniers temps. Mais a-t-elle vraiment de l’écho pour les jeunes générations voire pour les plus anciennes ?

Sonic, les 2 séries animées

La licence Sonic a donné lieu à pas mal de produits dérivés, notamment des comics et des dessins animés (et même des pogs, vintage powa !), mais ce sont les 2 premières séries animées concernant le hérisson bleu qui vont être traitées dans cet article.

Allez, on y va, car “j’ai failli attendre” !

BattleStar Galactica

…A la recherche de la Terre…

Battlestar Galactica, c’est pas vintage çà !?

Et si ! Le premier BSG date des années 80, donc c’est vintage ! Battlestar Galactica a connu de nombreux rebondissements avant de devenir la série que tout le monde (ou presque) connaît aujourd’hui.

Série type space opéra, BattleStar Galactica ravira les fans de SF et d’action spatiale !

Sliders les mondes parallèles, une série SF plus que sympa !

Et si on découvrait un passage vers des mondes parallèles… mais que tout le reste soit différent… et si on ne trouvait plus le chemin du retour…

Telles sont les phrases d’intro d’une série que j’adore : Sliders, les mondes parallèles. Et oui, il existe des fans de cette série (je sais c’est bizarre, je pense que je vais être seul sur coup là).

Les génériques de Bernard Minet

S’il est un souvenir impérissable de la jeunesse télévisuelle de toute personne ayant entre 20 et 30 ans, c’est bien les génériques de Bernard Minet, et les séries animées ou non qui allaient avec.

Aussi nombreux que de bonne facture (si en général il faut bien l’avouer) ces génériques conservent de leur panache même après les années et constituent encore la majorité du répertoire interprété par Bernard Minet lors de ses apparitions sur scène.

5 commentaires sur “Red Dwarf, Smeg Head !”

  1. Kulilin dit :

    Wouahou, j’aimais bien cette série mais je ne me doutais pas qu’elle pouvait susciter tant d’intérêt ^^ bon je retourne à mes propres articles… promis.

  2. yamarendan dit :

    J’avoue, je ne connaissais pas du tout, mais alors pas du tout cette série. Ta description vivante donne envie de découvrir ces productions hautes en couleurs ^^

  3. Antoine dit :

    Mouhaha, les extraits m’ont bien fait rire, ton texte aussi mais par contre moi yen a pas connaitre cette série loufoque!

  4. Skalp dit :

    J’avais bien aimé cette série. J’avais vu une édition DvD toute belle fut un temps (collector je pense) je regrette de pas l’avoir prise. Et puis, dans le genre des séries bien décalées, y’a eu Lexx aussi (ça reste ma favorite)qui dépasse souvent les bornes

  5. dorkside dit :

    un article que j’aurais pu écrire si je n’étais pas un gros branleur ! (ce n’est pas une critique )

    mais comme je ne finis jamais ce que

Laisser un commentaire

You can add images to your comment by clicking here.