Scoop it Geek Vintage
Page Facebook de Geek Vintage
Twitter

Les articles de Gwen

Aero The Acro-Bat, une mascotte de plus

Aero The Acro-Bat n’est pas forcément un jeu ultra connu. Sorti à l’époque où Sonic se faisait déjà un nom depuis 2 ans, et où Mario était peinard depuis des années en tant que tête de gondole de Nintendo, le titre de Sunsoft voulait imposer lui aussi sa mascotte, en optant pour le côté cool de Sonic.

Dans l’univers du cirque. Avec des méchants clowns en guise d’ennemis. Oui, je sais, dit comme ça, ça ne fait pas rêver, mais le jeu est tout de même intéressant.

American Psycho, It’s Hip To Be Square

Avant que Christian Bale ne fasse la chauve souris dans la nouvelle trilogie Batman de Nolan, avant qu’il ne joue un anorexique dérangé dans The Machinist, ou qu’il combatte des dragons dans Le Règne du Feu, il joua un rôle assez impressionnant en tant que golden boy dans un film de 2000, American Psycho

Suspiria, Dario Argento fout les boules

Dario Argento n’est pas forcément le réalisateur auquel je pense forcément quand je veux me regarder un bon petit film horrifique. Mal m’en prend, car Suspiria est une petite merveille d’horreur. Et c’est le seul film de Dario Argento que j’ai vu.

Invasion Los Angeles (They Live) : Vois la vie en Rayban

Carpenter est un maître de l’horreur et du suspense. Des films comme Fog ou le terrifiant The Thing sont d’une rare intensité et tension (bon, il a fait aussi Jack Burton dans les griffes du Mandarin, très kitsch).
Mais le réalisateur ne s’arrête pas là. Il peut nous offrir des petites merveilles de science-fiction comme l’oeuvre dont il va être question aujourd’hui : Invasion Los Angeles.

Kick Off 98, un passage 3D désastreux

Foutre de Dieu, encore un jeu de foot ? On va se croire dans la chambre d’un joueur professionnel à ce rythme là sur Geek-Vintage !

Ouais, mais pour une fois, parce que ça fait longtemps que j’avais pas touché ce jeu, je vais vous conter la merveilleuse histoire de Kick Off 98, un horrible jeu de baballe. Mais putain, si on le prend au 15ème degré (et qu’on l’achète à moins de 5 euros), ce titre vous fera marrer comme il m’a fait marrer à l’époque. C’est parti mon kiki.

Commando, Oh, Freddie Mercury !

Les années 1980 furent une période bénie pour les films d’action et de science-fiction avec notamment les très bons exemples que sont Rambo, Robocop, Terminator ou encore Predator.

Vous aurez noté que dans ces bon films cités, 2 y trouvent Schwarzy en tant qu’acteur principal. De fait, à cette époque, avoir l’Autrichien sur l’affiche d’un film assurait d’avoir de bonnes rentrées d’argent.

Mais bien sûr, dans le lot, y’avait bien 1 ou 2 nanards. Et bien, Commando est peut-être un grand révélateur de la qualité de beaucoup de films d’action de cette époque: bourrins, cons, mal faits, mal joués. Et pourtant, quel bonheur !

International Superstar Soccer… Deluxe!

Keuaaaa, encore un article sur un jeu de foot, on est sur Geek-Vintage ici, pas sur France Football !
Il est vrai qu’après l’article sur l’anime et manga Captain Tsubasa, ainsi que celui sur le jeu Captain Tsubasa 3 sur SNES, vous avez peut-être peur que Pierre Menes se ramène pour faire des bruits de pet avec ses dessous de bras tout en faisant parler sa culture footballistique. Vous avez peut-être peur aussi de sentir les merguez du dimanche après-midi pendant que, sur le terrain en contrebas, se déroule un match entre le CPB Trifouillis-Les-Oies 2 et le FC Bourboule 4.

Jurassic Park, « J’ai dépensé sans compter »

Il y avait beaucoup de choses en commun qu’aimaient les mômes dans les années 90 (avant ces conneries de Beyblade par exemple, nomdidiou !), et les dinosaures en faisaient partie. Votre serviteur en était, par exemple, un grand fan. Du classeur avec les fiches dinosaures (et les lunettes vertes et rouges pour voir les fiches en 3D, yeah !) aux figurines, j’avoue que ces bestioles ont été, et restent, avec les requins, une “passion” (j’ai été élevé par Omar Shariff).

Et bordayl, vlati pas que cet awesome Spielberg se dit “Tiens, si je faisais un film tiré d’un bouquin d’un mec qui raconte une histoire avec des dinosaures mais pas dans le passé mais dans le présent… Ah oui, et y’aurait Jeff Goldblum”.

Jurassic Park est né.

Sonic, les 2 séries animées

La licence Sonic a donné lieu à pas mal de produits dérivés, notamment des comics et des dessins animés (et même des pogs, vintage powa !), mais ce sont les 2 premières séries animées concernant le hérisson bleu qui vont être traitées dans cet article.

Allez, on y va, car “j’ai failli attendre” !

Yoshi’s Island, un jeu magique

1995. La Super Nintendo est sur sa fin. En effet, les consoles 32 bits, la Saturn et la Playstation, ont débarqué et Nintendo bataille encore pour sortir des jeux toujours plus impressionnants sur sa console phare du moment.

Des titres tels que Killer Instinct ou Donkey Kong Country 2 en mettent plein la vue, mais le jeu qui retire tout particulièrement notre attention et qui sortira la même année que les 2 jeux précités, 1995, est Yoshi’s Island aka Super Mario World 2 aka’l sont jolies les filles de mon pays, laï laï laï laï, laï laï laï laï (désolé pour l’interlude Enrico Macias, désolé, je le referai plus… ou pas).

Mortal Kombat 2, « Finish Him ! »

La mode m’a toujours quelques peu décontenancé. En effet, regardez, par exemple, au début du XXème siècle, porter la moustache, c’était top, et cela a duré jusqu’à Charles Bronson et Freddie Mercury (et aussi Bennett dans Commando), alors qu’aujourd’hui c’est considéré comme dépassé.
Ou encore la taille des culottes qui se réduisent au fur et à mesure que le temps passe (ficelle powa…).

Et bien, prenez Mortal Kombat 2, c’est un peu la même chose, quand le jeu sortit, ce fut une putain de claque graphique, alors qu’aujourd’hui, cela paraît vraiment ultra kitsch. Oh, et ça tombe bien dites donc, c’est de ce jeu dont je vais vous parler !

Predator, « T’as pas une gueule de porte-bonheur »

On va finir par croire que j’adore les gros muscles de l’Autrichien tueur de terroristes (Commando), mais que voulez-vous, Schwarzy a fait les plein pots dans les années 80-90 dans le registre film d’action, certains plus ou moins réussis.

Cependant, l’association du réalisateur Mc Tiernan (Die Hard, A la poursuite d’Octobre Rouge, Last Action Hero…) à Schwarzy fait que l’on risque de s’intéresser quelques peu à Predator, film culte parmi les cultes dans la catégorie film d’action.

BloodHound Gang, « The Pee Pee Poo Poo Music »

« Queuaaaa, de la musique sur Geek-Vintage ? Mais, mais, je croyais que les geeks n’étaient que des aficionados de sonorités 8 bits ou de génériques d’Anime ! « 

Déjà Bobby (aujourd’hui, c’est Bobby, oui, Jean-Kevin s’en est déjà assez pris dans la gueule), beaucoup de musiques 8 bits et/ou de génériques d’Anime ont été conçus par de grands musiciens, il ne faut pas croire que toutes ces mélodies aient été réalisées avec un clavier Bontempi.
Ensuite, oui, les geeks ont des goûts musicaux très diversifiés, qui vont du Heavy Metal à la musique classique. Et en parlant de diversification, ça tombe bien, j’ai un groupe sous la main qui la pratique depuis des années, c’est Bloodhound Gang.

Terminator 2, tintintin tintin !

Après un premier volet qui avait séduit par son histoire (je viens du futur pour te dire que tu vas donner naissance à John Connor qui va devenir le chef de la résistance humaine dans un monde qui va être ravagé par les machines et ptete que je fais des phrases un petit peu trop longues), James Cameron avait rempilé pour un second volet qui, selon la plupart des fans, est le meilleur épisode de la saga.

Toujours Schwarzi dans le rôle du Terminator (gentil cette fois), et Robert Patrick dans le rôle du T-1000 (acteur qui, on le verra, fait roxxer 80% du film).

Captain Tsubasa 3, le Tactical-Football RPG

Ouais ouais, je vous vois venir, « Han les jeux de foot, y’a que Fifa ou PES ! LOL! ». T’as raison Jean-Kevin, en jeu de foot de « base », les références sont FIFA et PES et leurs ancêtres (l’énorme ISS 98, le merveilleux ISS Deluxe sur Super Nes (« GOAAAAAAAAAAAAAL !! »), les très bons FIFA sur MegaDrive).

Mais un genre a fait son apparition bien avant ces grosses pointures, le Tactical Football RPG !

« Mais qu’est ce que c’est que ça ? » me demanderez-vous ma chère Maryse, et bien, c’est comme le Port-Salut, c’est écrit dessus, du foot à la sauce RPG (RPG du genre Final Fantasy Tactics).

Et, quand on mixe ce genre avec LA référence manga du foot, j’ai nommé Captain Tsubasa, cela donne sur Super Nes: Captain Tsubasa 3.

Super Mario Bros 3, LE jeu de la NES

Non, je ne commencerai pas cet article par « Aaaaah… ». Oui, mon cher confrère Kulilin m’a fait la remarque que la plupart des articles de Geek-Vintage commence par ce fameux râle, pouvant être pris comme une forme de jouissance par rapport au fait que l’on parle nostalgiquement de nos expériences dans le monde Geek.

Alors, comment faire pour innover ? Pour vous montrer, d’une façon différente que nous sommes tous pour la plupart des Francis Cabrel en puissance (« C’était mieux aaaavant »).

Et bien, je pourrais pleurer comme une madeleine, en évoquant, par exemple, le souvenir d’un jeu vidéo qui a marqué mon enfance, sûrement le meilleur jeu de plateforme de la Nes selon moi, Super Mario Bros 3.

Red Dwarf, Smeg Head !

Aaaaah Game One… Fabuleuse chaîne… Je vous parle bien entendu du Game One de l’époque, celui qui était animé par de vrais geeks, celui qui accueillait des personnages tels que Marcus ou Alex Pilot (rendus sur NoLife désormais ( Abonnez-vous pour sauver la chaîne ! )), celui qui avait une indépendance éditoriale vis à vis de son principal actionnaire (Infogrammes), celui qui n’engageait pas des bimbos mous du bulbe pour présenter des émissions…

Je m’égare, je m’égare, bref…

Sur Game One, donc, passait une fabuleuse série, dont je vais vous vanter les qualités, Red Dwarf.

Captain Orgazmo, Roquette Quequette !

Les nanars font partie de notre culture. Oui, vous avez sûrement, dans votre vie, vu un nanar, même sans le savoir !

Je ne sais pas, tiens, par exemple, Commando, quand on est môme, putain ! C’te claque ! Schwarzy qui dégomme du méchant à la sulfateuse, et le gros vilain, plus crédible que ça tu meurs !

Et puis, on grandit… On se rematte Commando, entre potes (les gars, vous vous reconnaitrez), parce « c’était un super film ! ». Et on se marre comme des dindes.

Pourquoi ? Parceque, notre soif d’action a laissé place à une analyse plus « poussée » du film.

Schwarzy n’a qu’une seule expression, les blagues très bas de plafond, les ennemis dégommés à la pelle, et le méchant… Un sosie de Freddie Mercury (sacré Bennett). L’esclaffe totale quoi !

Captain Tsubasa, le foot ç’ay cool !

Aaaah, qu’il était bon le temps où l’on pouvait regarder des dessins animés dans le Club Dorothée… Ah c ‘est plus comme maintenant et ces jeunes qui détruisent tout et qui jouent à leur Déhèsse ou à leur Péhèssepé ! On savait vivre à notre époque, on pouvait rester planter tout un mercredi devant notre télé à se goinfrer de nutella !

Et pis les programmes étaient de qualité ! Ah pas comme maintenant ou c’est leur Trois Dé à tout va ou leurs images de synthèses, en oubliant l’histoire ! Et pis … !

WHO ! Madame ! C’est mon article, tu te casses maintenant ! N’empêche elle a raison la vieille, beaucoup de dessins animés des années 90 sont devenus cultes, en partie grâce au Club Dorothée qui a diffusé, tout le long de son existence, des dessins animés japonais. Captain Tsubasa, Olive et Tom dans nos vertes contrées, fait partie de ces dessins animés à succès qui ont marqué toute une génération.

Super Mario Bros le Film (ou « OMFG, c’est quoi cette bouse ?? »)

Je vous le dis de suite avant de commencer, j’ai honte, honte de parler de ce film, honte de l’avoir vu aussi…

Bon, en même temps, après avoir fait un article sur la saga NY 1997/LA 2013, il était normal de contrebalancer avec une merde. Un bon gros nanar (oui, parceque comme le dis si bien le très bon site Nanarland, un nanar c’est un mauvais film rigolo) bien dégoulinant, y’a même du ketchup de scénario con qui dépasse, hop, spluuurp…

Ah, y’a pas à dire, les fast food, c’est dégueulasse, mais on y retourne toujours, c’est un plaisir quelque peu honteux, un peu comme les mauvais films…

New York 1997 – Los Angeles 2013

Il y a des films qui puent la classe, parce que le héros est charismatique, parce que le film possède une âme, parce que l’on sent l’implication du réalisateur. 2 de ces films font partie de cette catégorie, New York 1997 et Los Angeles 2013.

Je me souviens que la première fois que j’ai entendu parler de New York 1997, je n’étais pas trop motivé à le regarder (j’étais jeune, halala). Mais, quand j’ai vu que le réalisateur était John Carpenter, et que j’avais déjà vu The Thing, je n’ai fait qu’un bond.

Et j’ai eu raison, New York 1997 reste pour moi une oeuvre majeure, mon film préféré, un film unique qui m’a laissé des sensations que je n’ai jamais retrouvé ensuite, jusqu’à ce que je mette la main sur Los Angeles 2013, suite sortie 15 ans apres New York 1997, moins bon, mais quand même culte.